Episodio II

10 réflexions de la légende du snowboard Torah Bright

Nous nous demandons tous de temps en temps s'il existe un secret dans la vie réussie et intéressante de personnes célèbres, ce que c'est et où le chercher. Surtout pour le championnat, le gourou du snowboard et le pro-rider de l’équipe Roxy Thora Bright ont partagé quelques règles qu’elle essaie de respecter dans la vie de tous les jours.

10 réflexions de la légende du snowboard Torah Bright

Torah Bright au New Star Camp 2017

Photo: Kirill Umrikhin / Quiksilver Press Service

1. Je traite tout avec humour.

J'aime le film sur Mary Poppins et la phrase de sa chanson: Chaque œuvre doit avoir un élément de plaisir. Si vous le trouvez, tout travail difficile sera un plaisir. Cette chanson m'a beaucoup influencé. J'essaye de traiter la vie de la même manière. S'il y a une routine continue et que vous ne voulez pas faire quelque chose, vous pouvez aborder n'importe quelle situation avec humour et tout traduire en jeu. C'est formidable de pouvoir changer d'attitude face aux difficultés émergentes d'une manière aussi simple.

2. Je crois en moi.

Je crois que croire en soi est d'une grande importance dans la vie de chaque personne. À certaines étapes, elle m'a vraiment manqué, puis le soutien de personnes proches m'a aidé à surmonter les obstacles. L'essentiel est de croire en soi et de ne pas s'égarer!

3. Je travaille dur.

La persévérance et le travail acharné sont les ingrédients essentiels du succès. J'ai commencé le snowboard à l'âge de 11 ans et depuis, j'ai travaillé dur, participé à de nombreuses compétitions et ce n'est qu'au fil du temps que les sponsors et les organisateurs ont commencé à me remarquer. Aujourd'hui, il me semble, les jeunes athlètes veulent rapidement trouver un sponsor, tout en ne consacrant pas assez de temps et d'énergie à travailler sur eux-mêmes. Je pense que vous devez d'abord faire du bon travail, puis tout viendra.

4. Je trouve un équilibre.

Quand je me prépare pour une compétition, j'apprécie juste le processus. Mais avant le départ principal, j'essaie toujours d'être concentré. Contrairement à beaucoup de riders, je n'écoute pas de musique en roulant pour être conscient de ce qui se passe autour de moi, pour être dans l'instant présent. J'ai besoin de me ressaisir, d'expirer et de sourire.

5. Ça ne me dérange pas.

Je ne crois pas vraiment aux présages et j'essaie généralement de rester à l'écart des superstitions. Mais comme tout le monde, j'ai une certaine bizarrerie. Par exemple, je porte souvent les mêmes chaussettes lors des compétitions que j'ai entraînées la veille, surtout si l'entraînement s'est bien passé. Tous les gens ont leurs propres habitudes étranges, donc je ne vois rien de spécial à cela.

6. Je résume.

Cette année, pour la première fois en 15 ans de ma carrière, j'ai passé de vraies vacances de snowboard! Au début, mes amis et moi étions en vacances dans une station de ski au Canada, c'était très amusant: pas de tournage ni d'entraînement, juste moi et mes proches. Et après cela, j'ai visité le Quiksilver New Star Camp à Sotchi, où j'ai pu monter et sortir pour mon propre plaisir. Avant cela, une sorte de compteur fonctionnait toujours dans ma tête - je pensais constammentsur la préparation de la saison, appris des trucs, travaillé sur quelque chose. D'une part, le snowboard est amusant, d'autre part, je pense toujours que c'est un travail. Parfois, vous devez être capable d'abstraire de vos perceptions habituelles de la vie et de vous amuser.

10 réflexions de la légende du snowboard Torah Bright

Torah Bright

Photo: Kirill Umrikhin / Service de presse Quiksilver

7. En quête d'inspiration.

J'aime vraiment créer ma ligne de vêtements et de planches pour Roxy. Après tout, je peux non seulement créer du snowboard et des vêtements décontractés fonctionnels, mais aussi donner vie à ma vision d'une image sportive féminine. Bien sûr, je suis les tendances et les travaux des créateurs, je choisis les tissus, j'essaie de prendre en compte les tendances de la mode lors de la création de ma collection. Mais l'inspiration vient souvent de ce qui m'entoure - en skiant, en marchant dans différentes villes, en faisant du shopping. Lorsque je voyage, je prends souvent des photos de mes vitrines préférées, des détails, des couleurs ou des motifs intéressants.

8. Je vis selon mes propres règles.

Je suis complètement indépendant des facteurs externes et des habitudes sociales standard. Je ne fume pas et ne bois pas d'alcool - je n'en ai pas besoin pour passer un bon moment. Le manque de ces habitudes dans ma vie ne m'empêche pas de m'amuser et d'aller à des fêtes. Je ne bois ni thé ni café depuis l'enfance. Bien sûr, j'ai essayé, mais je n'ai pas aimé. De la nourriture je préfère les produits naturels, j'essaie d'éviter les féculents. J'aime dormir plus longtemps (10 à 12 heures) et boire beaucoup d'eau. J'aime vraiment les sodas, donc ma vie est la même - bouillonnante et mouvementée.

9. Je vise de nouveaux sommets.

Mon objectif est maintenant un vrai freeride sérieux. En plus de la partie compétitive de ma carrière, je voudrais me concentrer principalement sur le ski dans les grandes montagnes, la descente de pentes raides et de rochers, de photographier de beaux profils quelque part en Alaska et de revenir à Rosa Khutor lorsque de la neige fraîche et de la vraie poudreuse hivernale apparaissent. Et, bien sûr, je prévois de participer aux prochains Jeux Olympiques.

10. Je rêve

Je n'arrête jamais de rêver. Je rêve de rouler davantage dans d'immenses montagnes. Je rêve de surfer sur de grosses vagues, je rêve de monter une planche dans une vague, comme dans un tube. Comme tout le monde, bien sûr, je rêve d'une famille et d'enfants dans le futur.

Vidéo fournie par l'équipe GoPro.

Post précédent Au hockey, vous ne pensez pas avec votre tête - il y a des instincts
Prochain article Conscious Extreme: 10 pensées de Basejumper Valery Rozov