The Floor is Lava

Les super-héros de notre temps. Une nouvelle ère de parkour

Le parkour en Russie est devenu largement connu après la sortie du film de Luc Besson Yamakasi en 2001. Trois ans plus tard, grâce au film 13e arrondissement, beaucoup de gens dans notre pays sont tombés amoureux de ce trafic. Maintenant, le parkour retrouve son ancienne popularité et deviendra bientôt un sport olympique. Daniil Spirtus - le fondateur de l’école Parkour de Moscou - a parlé au «Championnat» des étapes de développement du mouvement en Russie et des projets pour l’avenir.

Les super-héros de notre temps. Une nouvelle ère de parkour

Photo: des archives personnelles de Daniel Spirtus

- Daniel, parlez-nous du parkour, comment le décririez-vous?
- Parkour - c'est le mouvement, surmonter les obstacles. Le parkour est un art qui aide à développer tout le corps, de la tête aux pieds. C'est toute une direction dans laquelle vous vous développez à la fois physiquement et spirituellement. En entraînant votre corps, vous entraînez votre esprit. Parkour montre qu'il est important d'avancer et d'aller vers l'objectif visé. De nombreux traceurs (personnes qui pratiquent le parkour) utilisent la philosophie du parkour dans leur vie. Face à un problème, soit vous avez peur, soit vous arrêtez, soit vous le surmontez.

Parkour montre comment réussir dans la vie. Tout le monde ne peut pas escalader un mur de quatre mètres, sauter d'une hauteur, atterrir doucement, faire des sauts périlleux. C'est toute la science de bien faire les choses.

- Quand le parkour a-t-il commencé?
- Parkour est né il y a 25-30 ans. Les fondateurs du mouvement sont le Français David Belle et Sebastian Fukan de l'équipe Yamakashi. Plus tard, Fukan a déménagé en Angleterre et a ouvert la direction du freerunning, qui se développe maintenant dans le monde entier. Le freerunning est destiné à l'art, plus proche du tournage d'un film, il a beaucoup d'acrobaties et de trucs. Le parkour est plus une question de fitness, d'entraînement et de mouvement à travers la perception de votre monde spirituel.

- Dites-nous en quoi le freerunning, le XMA et les tricks sont différents du parkour?
- Le freerunning est une chose des directions du parkour, mais il y a plus d'acrobaties et de figures. Ce sont des éléments acrobatiques qui sont exécutés dans un avion. Le freerunning est actuellement organisé dans des compétitions mondiales, par exemple Red Bull Art of Motion.

Les super-héros de notre temps. Une nouvelle ère de parkour

Alexandra Shevchenko: un saut de la gymnastique au parkour

Histoire de réussite: un athlète russe a remporté le tournoi international de parkour et de freerunning.

Les trucs sont issus des arts martiaux, du XMA. Il comprend des éléments astucieux qui se succèdent. Souvent, les tricks nécessitent des éléments de freerunning et vice versa. Dans les tricks, il y a des ligaments, qui sont indiqués par des coups. Grâce à ces coups, vous effectuez des éléments acrobatiques. Dans les figures, les éléments acrobatiques, les frappes et la technique sont valorisés. Il existe de nombreux professionnels russes qui travaillent et parcourent le monde. Le tromper est une tendance très connue à Moscou. XMA est une direction assez nouvelle à Moscou, ici nous travaillons avec un oravie: nunchucks, katanas, bâtons.

- Et quand le parkour a-t-il commencé à se développer en Russie?
- Le parkour est apparu en Russie il y a environ 15 ans. Après le film, Yamakashi a commencé le développement actif du mouvement parkour, et après la sortie du 13ème arrondissement, tout le monde en était malade. Le monde entier est en parkour maintenant.

- Depuis combien de temps faites-vous du parkour?
- Je fais du parkour depuis environ 15 ans. J'ai été l'un des premiers à promouvoir et développer le parkour en Russie, c'est ce que je fais encore aujourd'hui. Depuis tant d'années je n'ai pas quitté ce mouvement, je le développe, je fais de la danse et des spectacles acrobatiques. Dans nos spectacles, nous utilisons des acrobates, des constructions de parkour, nous donnons des master classes, nous jouons dans des films, dans des vidéos. Nous avons une école de Parkour - Black Panther - et un projet de danse et acrobatique Jump Evolution. Jump Evolution est un projet commercial qui fonctionne lors d'événements, de fêtes d'entreprise, de tournages. Nous avons également deux propres salles Black Panther. La première salle est un parc de parkour, qui a une équipe d'athlètes professionnels. Ils s'entraînent, s'entraînent et font évoluer le parkour. Ils veulent que notre équipe soit parmi les meilleures équipes de Russie. La deuxième salle est notre studio de danse.

- Comment votre amour pour le parkour a-t-il commencé?
- Après l'école, nous sommes allés au bâtiment inachevé de la maison de la culture, avons joué aux voleurs cosaques et marque. Nous avons utilisé des compétences de parkour pour courir et nous cacher. Bien sûr, alors nous n'avons pas compris que cela s'appelle le parkour. On a couru là-bas, en hauteur, c'était effrayant, mais on ne le ressent pas comme un enfant. J'avais un ami qui m'a parlé du parkour. Puis j'ai réalisé qu'il y avait beaucoup de gens comme moi, ils se réunissent et s'entraînent ensemble. C'était excitant. Le parkour est un sport, un drive, il entre en vous et le reste longtemps. Outre le parkour vous donne de bonnes caractéristiques physiques. Vous devenez fort, robuste, puissant, vous pouvez faire des sauts périlleux, courir sans vous arrêter, monter haut. Les traceurs sont de vrais super-héros de notre temps.

- As-tu fait du sport avant le parkour?
- Oui, j'étais professionnellement impliqué dans le football et les arts martiaux. Plus tard, je suis passé du football au parkour.

- Tu t'entraînes maintenant pour rester en forme?
- Oui, bien sûr. Le parkour prend de la force. Pendant l'exercice, votre corps se balance et devient puissant. Tous nos gars sont en forme physique très cool.

Les super-héros de notre temps. Une nouvelle ère de parkour

Photo: des archives personnelles de Daniel Spirtus

- Combien d'heures par jour étudiez-vous?
- Chacun a des manières différentes. Les gars qui s'entraînent dans mon équipe tous les jours. C'est la norme et la base. Je m'entraîne un peu moins car je n'ai pas assez de temps. J'ai des salles et mon propre spectacle, je monte aussi des productions, des chorégraphies et je joue. Malgré cela, mon cœur et mon cœur sont le parkour classique.

- Gardez-vous un œil sur votre alimentation?
- Oui, bien sûr. Il y a un an, je pJ'ai arrêté de manger de la viande, je ne mange que du poisson et je bois beaucoup d'eau. Je suis en bonne forme physique, mon niveau ne baisse pas. Une bonne nutrition et un bon entraînement font de moi ce que je suis.

- Beaucoup de gens pensent que le parkour est un sport très extrême. Êtes-vous d'accord avec cela?
- Le parkour n'est pas un sport extrême. Les gens qui ne savent pas s'entraîner font des culbutes et pensent que c'est du parkour. Les enfants qui grimpent sur le toit l'appellent aussi parkour. Le parkour est une activité sportive qui nécessite un entraînement spécial. Si vous ne l'avez pas, il n'est pas nécessaire de le risquer. Vous ne pouvez pas sauter d'une tour de 30 mètres dans l'eau sans préparation. Toute direction peut être qualifiée d'extrême si vous ne savez pas comment faire.

- As-tu eu des blessures graves pendant tout le temps que tu as pratiqué le parkour?
- Je n'ai eu que des blessures professionnelles ... J'ai été cascadeur pendant 10 ans, j'ai donc eu des problèmes de genou, mais ça guérit toujours. Il y a eu aussi une blessure à la main que j'ai eue lorsque j'ai établi le record d'un ballon (élément acrobatique). Mais maintenant tout va bien, tout est guéri.

- Le plus étrange ou le plus dangereux endroit où vous avez fait du parkour?
- L'endroit le plus dangereux est Vorobyovy Gory, entre l'autoroute et le métro. À un moment donné, nous nous sommes entraînés là-bas, sur les toits, mais uniquement des professionnels. Ma formation ne consiste pas à escalader un pont ou un toit. Ce n'est pas mon programme de formation. Pour promouvoir des pages sur les réseaux sociaux, tourner une vidéo ou travailler avec des sponsors, on peut monter sur le toit, pour nous ce n'est pas un problème. Nous sommes payés pour cela, c'est notre composante commerciale. Moi-même, je ne saute pas de toit en toit, juste parce que je le voulais. Nous faisons cela lorsque nous avons une assurance, des tapis et toutes les conditions professionnelles nécessaires.

- Vous avez deux équipes - pour le développement du parkour et pour votre spectacle. Les alignements sont-ils différents?
- Oui, ce sont deux équipes différentes. L'équipe Black Panther développe le parkour, tandis que Jump Evolution Snow est plus créatif et commercial.

- Quand votre équipe de parkour et votre école de parkour ont-elles été formées?
- Notre école de parkour a été créée il y a huit ans, en 2009. Nous avons ouvert d'abord dans la région de Moscou, puis à Moscou, dans différentes stations de métro et maintenant nous avons déménagé au parc Sokolniki. Dans le parc, nous avons d'abord fait un projet d'été, puis un projet d'hiver. Cet endroit se trouve dans l'un des pavillons du parc. Salle chaleureuse, où il y a une aire de sport, une salle de lutte. C'est l'un des meilleurs gymnases de parkour de Russie.

- Combien de personnes enseignent à l'école?
- La composition de l'équipe a changé, maintenant il y a cinq personnes. Après l'ouverture de la salle à Sokolniki, nous avons complètement renouvelé notre liste. Nous recrutons des athlètes professionnels et organisés qui conviennent à nos activités.

- Vous n'emmenez pas de nouveaux arrivants auéquipe?
- Non, mais nous leur donnons la possibilité de s'entraîner gratuitement dans votre salle de sport. S'ils nous conviennent, nous les emmènerons dans l'équipe.

- Y a-t-il beaucoup de gens qui s'inscrivent à l'école Parkour?
- Nous avons maintenant 30 inscrits. Les gens viennent et ils aiment ça.

- Les filles s'inscrivent-elles pour vous?
- Oui, bien sûr. En ce moment, nous avons cinq ou six filles adultes et six petites filles.

- Quel âge ont les enfants qui viennent vous voir?
- Ils ont sept, huit, neuf ans. Ils veulent se former et leurs parents nous les amènent. Ils regardent leurs enfants apprendre à grimper doucement, à sauter et à équilibrer leur corps. Nous avons tout un programme de formation pour les enfants. Les parents comprennent que le parkour ne consiste pas à sauter d'un toit à l'autre, c'est une forme physique très sérieuse et un excellent entraînement pour tout le corps.

- Conseils pour les traceurs débutants. Qu'est-ce qui est important pour un débutant à considérer?
- Je conseillerais aux traceurs qui commencent à peine à s'entraîner, d'essayer tout dans les couloirs et de ne pas regarder de vidéos, puis de les répéter dans la rue. Rendez-vous dans des écoles de parkour professionnelles, qui vous montreront, enseigneront et vous expliqueront comment bien faire les choses. Ensuite, votre niveau augmentera plus rapidement. En vous formant avec les professionnels, vous comprendrez ce que vous faites. Cherchez des professionnels et vous deviendrez le même!

Dragon Ball Super en Français 🇫🇷 | L'Ultra-instinct maîtrisé !

Post précédent La vieillesse est une joie. Comment conquérir le Kilimandjaro à 80 ans?
Prochain article Fixateurs: un vélo ne signifie pas qu'il n'y avait pas assez d'argent pour une voiture